Wednesday, 14 December 2016

Ressource

https://docs.google.com/document/d/1gsPL2KnWQ8Y0AnpTwHldalTJ12VvBDCJCdF14hbE6xo/edit?usp=sharing

Semaine 15

Aujourd'hui j'ai beaucoup aimé cette classe parce que nous avons reçu beaucoup de ressources!  Les ressources viennent de plusieurs différentes modes de médias.  Il y avait beaucoup de Twitter que je n'ai pas un compte, cependant je peux encore les utiliser.  Cela va m'aider à enseigner le contenu autochtone dans le futur.  Je me sens plus confiante maintenant que j'ai pris ce cours.  J'ai hate d'utiliser ces ressources quand je deviens professeur.

Wednesday, 7 December 2016

Semaine 14

Cette semaine nous avons regardé un film qui s’appelle « Building bridges with Aboriginal communities ».  J’ai appris beaucoup de ce film.  Comme par exemple, des protocoles quant à des accueils des différents nations dans les écoles.  Sarah Davidson nous avons informé de la propre procédure d’invité et d’accueillir un invité autochtone.  C’était très informatif est intéressant.  

Wednesday, 30 November 2016

Semaine 13

Aujourd’hui nous avons parlé de l’importance de la langue.  Jan Hare nous a présenté de l’information sur le montant de personnes qui parlent des différentes langues autochtones au Canada.  J’étais choqué par le montant de certaines langues, pour une langue en particulier en la Colombie-Britannique il y avait seulement 2 personnes qui restent qui pouvait parler cette langue.  Cela me rend triste parce que c’est fort probable que cette langue va arrêter d’être utilisé.  Ce qui m’a rendu optimiste c’est qu’il y a des programmes qui assurent que la langue est apprise aux personnes jeunes, de cette façon la langue ne va pas mourir.  Nous avons aussi parlé du lien entre la culture et la langue.  Selon moi, les deux liés et pour apprendre une autre culture il est essentiel d’étudier la langue.  

Wednesday, 23 November 2016

Semaine 12

Kaleb Child était l’invité dans notre salle de classe aujourd’hui.  Il a fait une présentation sur la culture autochtone et l’importance d’enseigner cette culture.  Par exemple, il a parlé de l'importance de la langue et l'importance de la nature pour les autochtones.  Il nous a donné beaucoup de ressources qu’on peut utiliser comme professeurs.  C’était un plaisir d’entendre sa présentation

Wednesday, 16 November 2016

Semaine 11

           Aujourd’hui Jan Hare nous a raconté une histoire autochtone à propos d’un coyote.  Il y avait beaucoup de differents messages importants dans l’histoire.  Elle nous a expliqué l’importance de l’art de raconter pour la culture autochtone.  Les histoires ne sont pas traditionnellement comme des histoires européennes.  Il n’y a pas toujours un problème qui doit être résolu.  Parfois elles s’arrêtent sans résoudre le problème. 

Il faut bien rechercher l’histoire pour voir que ça vient d’une source qui est crédible.  Dans notre lecture cette semaine nous avons lu d’un exemple d’un auteur qui ne savait pas trop sur les histoires autochtones.  Il n’était pas autochtone lui-même et il a utilisé la culture autochtone pour profiter de ses livres.  

Biographie de Marilyn Dumont




         Marilyn Dumont est née en 1955 à nord-est d’Alberta.  Elle est poète.  Elle est d’origine Métis et Crie.  Elle a fait un majeur d’anglais à l’université de l’Alberta et elle a étudié à l’université de la Colombie-Britannique pour l’écriture créative.  Là elle a fini sa maitrise en beaux-arts.  Elle a travaillé comme professeur à l’université de Simon Fraser, de Kwatlen et de l’Alberta.  Là elle a enseigné des cours de l’anglais et de l’écriture créative.  Elle est écrivaine en résidence à l’université de l’Alberta, de Windsor, de Toronto et de Grant MacEwan.  De plus, elle a travaillé comme stagiaire à l’Office national du film du Canada. 
Elle a reçu un prix, le Gerald Lampert Memorial Award en 1997 pour son écriture.  Elle a reçu deux autres prix : le Stephan G. Stephansson Award en 2001 et le Anskohk Aboriginal Poetry Book of the Year en 2007.   Voici quelques de ses collections d’écriture : A Really Good Brown Girl, Green Girl Dreams Mountains et That Tongued Belonging. 
Ses poèmes sont souvent à propos des femmes autochtone au Canada.  Elle a lu ses poèmes à la radio et à la télévision.  Ses poèmes sont publiés dans les revues littéraires canadiens.  Elle est allée en Nouvelle-Zélande pour lire ses poèmes pour le Honouring Words Celebration avec d’autres écrivains d’origine autochtone.  Elle est allée en d’autres pays aussi pour lire ses poèmes comme : l’Écosse et la Belgique.  Elle a une connexion familiale avec Gabriel Dumont qui était le général de Louis Riel.  Elle va faire un projet lié avec ce lien familial.  
Sources :
http://canadian-writers.athabascau.ca/english/writers/mdumont/mdumont.php
https://en.wikipedia.org/wiki/Marilyn_Dumont

http://arcpoetry.ca/2014/04/21/national-poetry-month-marilyn-dumont-the-land-she-came-from/

The land she came from
cree wom­an crow
cree wom­an caw
black shiny bird-wom­an
crow and caw those who
com­mand you, “Go back to the land you came from”
so shiny black bird wom­an plants her­self in front of Frank Oliver’s house
has her pho­tograph snapped in 1885
her image singed into his pupils
into the inky black and white pages
of his Bul­let­in
the offi­cial but neg­a­tive space
in Edmonton’s sto­ry
not the oth­er sto­ry
of Metis river lots
sev­ered into city blocks
a quar­ter from a Metis river lot
crow knows what was what
when it all went wrong
cree wom­an crow
cree wom­an caw
call out those names
cawcaw caw: Ruther­ford
call out those names
names that now, mys­te­ri­ous­ly bear title
to land once grant­ed your hus­band
his reward for 30 years HBC ser­vice
as car­pen­ter and black­smith
a quar­ter for a half­breed lot
crow knows what was what
when it all went wrong
cree wom­an crow
cree wom­an caw
crow and caw names
of those known as “bet­ter men”
when Indi­ans couldn’t own land
call out their names
cawcaw caw: Oliv­er
stand iron-fist­ed before
his two-sto­ry-red-brick-house
ris­ing civil in the back­ground
a quar­ter for a Metis river lot
crow knows what was what
when it all went wrong
cree wom­an crow
cree wom­an caw
crow wom­an dig down
scrape away the lay­ers
of sleep­ing mem­o­ry
down to the stake lines of river lots
in Ross­dale and beyond
far down to the Metis fam­i­ly names
still breath­ing there: Don­ald, Bird, Ward
push away the top soil, sand and silt
to names: Daigneault, Char­land, Gladue
uncov­er their sto­ries of migra­tion
to build and sup­ply Beaver Hills House
before it all went wrong
uncov­er the names of prof­i­teers
Lord Strath­cona, for one
snap­ping up script and reserve land
for the price of a sack of gro­ceries
when Pahpaschee’s peo­ple
were starv­ing and deprived of rations
recite his name: Pah­paschees, Pah­paschees, Pah­paschees
so it won’t wash away in the flood of “pro­gress”
http://arcpoetry.ca/2014/04/21/national-poetry-month-marilyn-dumont-the-land-she-came-from/